Hommage à Jean Chodan

Il est parti…..

Jean est parti, en échappée solitaire, devant nous comme il aimait le faire sur son vélo.
Il est parti en toute discrétion, en taiseux qu’il était.
Pas de longue digression, pas de discours, pas de verbe haut, mais toujours là, la moustache disciplinée, prêt à rendre service, à être utile comme il l’a été pour le Cyclo Club Rémois.
Jean c’est un adhérent qui a connu bien des présidents, qui a siégé au comité pendant 12 ans et qui depuis longtemps avec Thomas était le guide du Bcmr au carrefour de Boursault.
Il était également un pilier de la permanence où il venait chaque samedi, à pied ou en vélo depuis Tinqueux avec une casquette toujours vissée sur la tête. Dès son arrivée, il ôtait sa casquette et sortait son peigne pour être toujours impeccable.
Mais çà été aussi longtemps un compagnon de route pour beaucoup d’entre nous. Un compagnon au rythme immuable avec un léger déhanché pour emmener des braquets assez grands. Rythme qui le conduisait tout aussi immuablement à nous distancer de quelques hectomètres. Il profitait alors d’un rond-point et en faisant plusieurs fois le tour si nécessaire, il réintégrait notre groupe.
Je dois également souligner son humeur toujours égale, plutôt joyeuse même si son apparence pouvait paraître austère. Même lorsque je pinçais sa chambre à air neuve lors d’une réparation, pas un mot de reproche. Pas plus que je ne l’ai entendu se plaindre de quoi que ce soit.
Je me souviens exactement du jour où il n’a pu dissimuler que sa santé  commençait à lui faire défaut. C’était dans la côte qui relie Epoye à Lavannes : c’est la première fois que les rôles se sont inversés et que j’ai attendu Jean. C’était durant le rallye des neiges 2014 et quelques semaines plus tard, il roulait seul inquiétant parfois sa famille, pour que nous n’ayons pas à l’attendre, pour ne pas déranger…..
Jamais il nous a parlé de ses problèmes de santé, pas plus qu’il nous parlait de ses enfants et petits enfants. Ah si une fois, il nous a fait part de ses inquiétudes pour la santé de son épouse. Toujours cette discrétion. Heureusement Denise nous a informés.
Je garderai de Jean, l’image d’un homme heureux de nous voir mais contrarié de nous apparaître diminué lors d’une visite impromptue que nous lui avons faite avec Etiennette et Jacqueline en décembre.
Et en votre nom et au mien, je souhaite à Jean une échappée pleine de tendresse et de paysages heureux afin que pour sa famille et pour tous,  ce départ soit un voyage intemporel.

Pascal Pérignon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>